J’arrête de me faire peur

Dans la noirceur de la nuit je sentais ma solitude et j’avais peur de l’inconnu. Dans la noirceur de mon esprit j’avais des pensées effrayantes et je passais mon temps à avoir peur.

Le film des frayeurs de mon enfance tournait en boucle et au réveil l’angoisse était présente. J’entendais les voix apeurées de mes parents qui m’avertissaient de dangers aussi bien réels qu’ imaginaires. Par exemple, pour mon père 20h était le moment où tout devenait noir;  et même si le soleil brillait encore, il nous obligeait à fermer les volets, à ne plus répondre au téléphone… à nous couper du monde. Mon père faisait même en sorte de créer des conflits afin de ne pas partir en vacances avec nous car le monde le terrorisait. Il n’avait pas conscience que la télévision, sa seule fenêtre ouverte sur le monde, venait nourrir et amplifier sa terreur. Les médias, les publicitaires, les politiques, les religions ont toujours joué avec nos peurs pour nous faire croire que la vie est pleine de danger. Et nous les écoutons, nous les croyons et nous nous laissons envahir par la peur et l’inquiétude. 

« Aujourd’hui je choisis de dépasser mes limites d’hier. Je suis prêt à m’ouvrir à quelque chose de nouveau. » Louise Hay

Le problème lorsque l’on se fait peur, c’est qu’on aggrave la situation. Tout me terrorisait: Une douleur dans la poitrine devenait une crise cardiaque; un mal de tête se transformait dans mon imagination en AVC. Le pire c’est que j’amplifiais le pouvoir de ma peur. Par exemple, certains jours, je passais mon temps à me palper à la recherche de la moindre grosseur suspecte dans mon corps. Et mes pensées s’emballaient agitant le spectre d’un nouveau cancer et son cortège de stress. Bref le moindre petit événement ou ressenti de mon corps faisait surgir un monstre effrayant. Oui mon enfance fut réellement insécurisante et sans amour, mais en décidant de créer des pensées positives je fais émerger un monde plus paisible, calme, serein et rempli d’amour. 

N’attendons pas l’arrivée d’une dépression ou d’une grave maladie pour prendre du recul et changer nos perceptions du monde et de nous-même.

danbo-2011237_1920
Dès ma petite enfance, la peur fut ma compagne. Certes, elle m’a protégé, et je l’en remercie. Mais à quel prix !

La peur anesthésie notre désir de vivre, notre estime de soi, notre intuition, notre créativité, notre enthousiasme! Parce qu’elle surgit à la moindre turbulence, elle bouscule notre vie et réactive nos conditionnements négatifs.

Si nous ne réagissons pas, nous devenons l’esclave de nos peurs. 

Nous créons nos peurs ! Rappelons-nous que toutes nos pensées terrifiantes ne sont que des pensées négatives. Un ami a oublié de nous appeler et nous décidons immédiatement que c’est de notre faute et nous nous voyons abandonné ou trahi (Cliquez ici pour découvrir l’article sur la peur de l’abandon). De même, au travail, il suffit que quelqu’un nous fasse une petite réflexion même anodine, pour que l’on se sente blessé, rejeté, inefficace…

rope-1469244_1920

Archangel with sword


Mon astuce quand la peur se présente.

Lorsque mes pensées font surgir la peur :

  • Je prends d’abord pleinement conscience que ce ne sont que des pensées et donc je peux les changer.
  • Je me souviens les nombreuses fois où mes peurs se sont finalement révélées sans fondement.
  • Je fais de grande respirations pour m’apaiser (même si ma peur est immense et que je suis en état de panique).
  • Je me rappelle que je peux aimer cette part de moi effrayée, comme on rassure un enfant qu’un cauchemar a réveillé.
  • Pratiquant la méthode Ho’oponopono, je transmute mes peurs en amour. (Si vous n’utilisez pas cette méthode, vous pouvez visualiser une image, une personne, un paysage que vous aimez afin de substituer à votre peur une autre pensée.)

Evidemment, rien ne va disparaître d’un coup de baguette magique. Pratiquez et avec le temps vous arrêterez de vous faire peur inutilement et vous vous aimerez de mieux en mieux .


Souvenez-vous dès que vous découvrirez que toutes vos peurs ne sont que des pensées dans votre tête alors vous briserez le chemin qui mène à la peur. 

Que l’amour des anges vous accompagne, avec mon amour,

Niko

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s