Au début, et encore aujourd’hui je fais de nombreuses erreurs sur ce chemin du changement. A l’époque où je passais mon temps à me critiquer, j’étais soucieux de la perfection. Si je ne réussissais pas dans les trois premières minutes alors je croyais que je n’étais pas assez bon. Et, du coup, je ne m’accordais pas la possibilité d’initier le changement.

Quoi que nous apprenions, cela prend du temps. Par exemple, moi, lorsque que j’apprends quelque chose de nouveau, je ne me sens jamais bien et c’est normal, cela fait partie du processus du changement. Au début cela me parait étrange, particulier, différent, inconfortable et j’ai tendance à juger négativement et avec impatience ce que je ressens à ce moment-là. J’oublie surtout qu’il faut du temps pour changer les croyances et pensées négatives qui ont mis des années à s’inscrire en nous. Il est impossible de nous aimer totalement en une seule journée. Toutefois si nous pratiquons le changement chaque jour un peu plus, alors il devient possible d’apprendre à s’aimer. Cela devient normal et naturel et notre amour grandit de plus en plus.

sprout-1147803_1920

« J’aime l’idée de planter des pensées dans la terre fertile du subconscient où elles peuvent se nourrir et grandir ». Louise Hay

Dans ses enseignements Louise Hay nous propose de voir la patience comme un jardin. Nous plantons des graines dans la terre et au début nous ne voyons pas ce qui se produit. Mais si nous continuons à les arroser et si nous sommes patients nous constaterons des changements : Les plantes sortiront de terre et s’épanouiront. De la même manière que nous choisissons les fleurs que nous plantons dans notre jardin, choisissons avec soin les pensées qui fleuriront dans le jardin de notre expérience.

Lorsque je plante de nouvelles pensées dans mon esprit, j’ai soin de surveiller les mauvaises herbes des pensées négatives. Dès qu’elles apparaissent je les arrache, soucieux de me traiter comme une personne qui compte réellement pour moi et non plus comme quelqu’un qui aime se faire peur.

« Les êtres sont comme des fleurs. Chacun à sa beauté propre, chacun s’ouvre et s’épanouit à sa manière et à son rythme. » Louise Hay

summer-779385_1920

Je vous avoue que j’ai longtemps résisté avant d’accepter l’idée même de changer. Aujourd’hui, je sais que lorsque je débusque une ancienne façon de penser qui résiste, alors je sais que je suis tombé sur une pépite, un filon de vieilles croyances bien accrochées à moi. C’est à ce moment-là que je pense à être patient et doux avec moi.

Que l’amour des anges nous accompagne, avec mon amour,

Niko